Les professionnels du secteur entrepreneurial avancent leurs différentes théories sur le management d’entreprise. Ils statuent sur les types de management auxquels les dirigeants d’une entreprise peuvent être amenés à adopter. 4 grandes catégories de management ressortent des recherches des théoriciens du milieu entrepreneurial. Ces types de management sont devenus de véritables modèles dans les écoles de management à travers la planète.

Le management autoritaire

C’est le mode de direction autoritaire par excellence. Le management directif se base sur une structure fixe et des directives strictes. Avec ce type de management, l’autonomie du collaborateur ou du subordonné est limité au strict minimum. Visant la performance brute, ce management implique l’application précise des méthodes et tient à la précision des résultats. Les nombreuses procédures visent une performance réelle sans approximation. Ce type de management se base sur la sanction et sur la récompense (bâton et carotte). Le management directif sort tout droit de l’école classique taylorienne.

Le management de persuasion

La politique de gestion est axée sur le relationnel avec une grande implication du manager. C’est le management paternaliste par excellence. Le cadre dirigeant s’ouvre à ses subordonnées et récoltent leurs doléances et propositions. Toutefois, le manager a toujours le dernier mot. Il laisse plus d’autonomie à ses collaborateurs afin de créer une ambiance de travail idéale à l’épanouissement des différentes parties prenantes. Le management persuasif implique une participation des collaborateurs qui ont désormais comme modèle leur chef hiérarchique.

Le management de délégation du pouvoir

Ce type de management donne le « pouvoir » aux collaborateurs du manager. En fait, le dirigeant consulte à chaque fois les avis de chaque salarié en vue de créer une ambiance de travail en groupe propice à l’ouverture et à l’efficacité des actions. Chacun est censé apporter son point de vue et son implication totale avant chaque prise de décision du manager. Eh oui, il a encore le dernier mot. Le manager veut créer un groupe compact et solidaire autour de sa personne afin de surmonter tous les problèmes liés à leur fonction.

Le management de participation

C’est le management qui pousse très loin l’ouverture. Le manager construit une relation de confiance entre lui et ses collaborateurs. Ces derniers s’impliquent énormément dans le pouvoir de prise de décisions. Ils ont une grande autonomie dans leur travail et font preuve de créativité. Ils sont tenus d’exprimer leurs idées. Ce management met sur un même pied d’égalité le dirigeant et ses collaborateurs.