Il est primordial d’entretenir une excellente relation avec son banquier quand on a besoin de fonds pour créer une entreprise ou pour reprendre une société. Il est essentiel de ne pas tomber dans les clichés et d’éviter de commettre les erreurs qui peuvent compromettre la négociation.

Tout maîtriser

Quand une personne veut créer une entreprise, elle doit maîtriser les tenants et aboutissants du métier. Toutefois, le banquier n’attend pas à ce qu’elle soit non plus compétente dans toutes les branches essentielles à une entreprise : juridique, comptabilité, etc. La meilleure solution est de s’appuyer sur des experts pour tous les éléments importants au projet. On évite donc de commettre des erreurs qui ne rassureront pas le banquier sur votre aptitude à s’entourer de professionnels compétents. Pour cela, toute personne en création d’entreprise doit intégrer des réseaux d’accompagnement ou des chambres (commerce, métier, etc.).

Bien évaluer les besoins

Ceux qui créent son entreprise veulent à tout prix économiser sur certains postes de l’entreprise pour réduire le montant à emprunter. En effet, plus le montant est élevé, plus la négociation est ardue avec le banquier. Toutefois, cela ne doit pas porter atteinte à la perspective d’investissement futur de l’entreprise qui garantit la croissance des activités. Les statistiques parlent d’elles-mêmes : la société a plus de chance de survie si elle investit massivement. L’important est alors de demander un prêt pouvant prendre en charge tous les besoins sans toutefois compromettre l’investissement futur. Le banquier trouvera ainsi que vous êtes réaliste et s’assure de votre solvabilité.

Evitez d’épuiser rapidement la trésorerie

Plus l’argent dans la caisse est important, plus on a tendance à utiliser la somme pour diverses charges : achats, réalisation de travaux, etc. On se dit que l’on n’a pas besoin de solliciter le banquier puisque l’argent est disponible dans la caisse. Ce qui peut être une grosse bêtise car le manque de trésorerie dans un futur proche se profile à l’horizon. Et c’est pendant cette période critique que l’on va devoir sonner à la porte de notre banquier. Il faut lui montrer que vous avez une bonne capacité de prévision et que vous n’attendez pas de manquer de trésorerie pour faire appel à lui. Rencontrer au moins une fois par an votre banquier est essentiel pour entretenir la relation de confiance. C’est aussi l’occasion d’effectuer un résumé de l’année passée et de lui annoncer votre projet futur de développement. Ce qui peut déjà faire ressortir votre besoin de financement futur.