Réduire les coûts de production pour accroitre les marges préoccupe tous les secteurs industriels. Il faut pour les uns augmenter les gains, pour d’autres les conserver dans des marchés baissiers ou sur des produits qui, perdant de leur nouveauté, ne peuvent plus être vendus à leur prix d’origine, ou encore baisser les prix de vente pour pouvoir toucher de nouvelles clientèles et partir à la conquête de nouveaux marchés. C’est dans ce cadre qu’intervient le redesign-to-cost, démarche technique visant à la réduction des coûts de revient de produits en fabrication.

Une méthodologie applicable à toute l’industrie

Le redesign-to-cost s’applique à tous les secteurs industriels de production et s’étend à de nombreux champs d’application. Il est attaché à des produits déjà conçus, relevant d’une production en série à partir d’une conception établie. Il concerne autant l’industrie de production de masse, comme l’automobile, l’électroménager, ou l’agroalimentaire, que la production sur commande d’équipements majeurs que l’on trouve dans l’industrie aéronautique ou spatiale, l’industrie marine, les équipements industriels.

Réadapter des produits devenus inadaptés

Nombre de produits conçus et déjà produits sont trop riches au regard de ce dont ont besoin les clients. Parfois, les besoins initiaux ont été trop largement définis et certaines fonctionnalités s’avèrent inutiles ou pas vraiment attendues des clients. Parfois, la conception est trop complexe et mérite d’être simplifiée. Parfois encore, les prix d’achats auprès des fournisseurs sont plus élevés que l’accessible, soit que, pris par le temps, ceux-ci aient été insuffisamment négociés lors du lancement de la pièce ou de l’équipement, soit que des évolutions soient intervenues sur les prix de négoce de certains composants ou matières premières, dont il serait utile de profiter.

Un processus rigoureux

Une analyse de redesign-to-cost d’un produit se doit toujours analytique, méthodique, systématique. Chaque fonction du produit doit être examinée sous tous ses angles, techniques comme marketing. La fonction est-elle nécessaire au bon fonctionnement du produit, est-elle perceptible et attendue par le client ? Négligée de certains bureaux d’étude trop épris d’amour de la technique, cette démarche révèle pourtant dans bien des cas des gisements considérables de gains. Par ailleurs, rares sont les produits conçus dès leur origine au juste nécessaire, et ce malgré les moyens actuels d’aide à la conception informatique pourtant fort performants dans presque tous les domaines. Plus classique, une démarche d’optimisation des achats fait toujours partie du travail, appliquée à chaque lot de matières premières ou de composants. Enfin, une étude de process est réalisée, pistant des complexités inutiles dans les moyens de production.

Une collaboration productive

Faisant intervenir diverses fonctions de l’entreprise, les workshops au cours desquels est développée la réflexion sont l’occasion de rencontres de divers acteurs de l’entreprise, qui dans bien des cas ont rarement l’occasion de dialoguer autour de sujets techniques, ni de réfléchir ou de décider ensemble. Riches en échanges, ils sont souvent aussi passionnés et l’occasion d’une mise en commun d’idées et d’analyses pas si habituelles parmi les urgences régissant la vie quotidienne d’une entreprise.