Lorsque les entreprises envisagent de procéder à la vente directe, le statut de vendeur à domicile indépendant n’est jamais bien loin. Pour les personnes qui souhaitent entreprendre dans cette pratique, il est toujours important de se renseigner d’une part sur l’historique de ce statut, mais aussi sur les diverses informations qui l’accompagnent.

L’historique du statut de VDI

Le statut de VDI également connu sous le nom de vendeur à domicile indépendant a été créé par la FVD ou Fédération de la Vente Directe. Si la première idée du statut a vu le jour en 1993 suite aux différentes pratiques que l’on pouvait trouver au niveau des entreprises. C’est d’ailleurs ce qui a permis ces dernières à se mettre d’accord sur les cotisations, mais aussi sur les différends juridiques qui pouvaient se présenter durant la collaboration des indépendants par rapport à l’entreprise. Le but de la fédération en créant ce statut est de promouvoir le métier d’indépendant en le rendant plus accessible.

Les informations importantes pour le statut VDI

La première étape à savoir sur le statut de VDI est le fait qu’il apporte à la fois des bénéfices aux entreprises et aux vendeurs. En effet, il permet aux vendeurs d’exercer une activité en toute simplicité et sans avoir à se soucier aux nombreuses options, car la plupart des informations importantes sont fournies par les entreprises. Pour les entreprises, c’est le côté vente personnalisé qui est très intéressant. Pour affirmer son statut de VDI, les adhérents doivent s’inscrire auprès de la CFE afin de payer régulièrement sa cotisation. Il s’agit notamment d’une sécurité sociale, de retraite, et d’assurances. Pour ce qui est de la fiscalité, le VDI n’est pas soumis à la TVA et des autres obligations s’il respecte certaines conditions au niveau du chiffre d’affaires.