Après une longue et belle carrière de cadre arrive un moment bien mérité et parfois attendu avec impatience : la retraite. Oui, mais voilà : lorsque l’on aime travailler et que l’on a su s’épanouir dans sa profession, il n’est ni facile ni souhaitable (ne serait-ce que pour l’équilibre psychique ou encore la santé du corps) de tout lâcher d’un seul coup et en même temps. Dans bien des cas, l’idéal sera le cumul emploi retraite, non seulement pour arrondir ses fins de mois, mais aussi pour continuer à se faire plaisir en continuant de « bosser à son rythme ».

Cumul emploi-retraite : le cadre légal

Évidemment, la retraite doit rester la retraite… Un retraité ne pourra naturellement pas cumuler sa pension de retraite avec un revenu d’employé salarié classique, il y aurait comme un problème dans l’équation… !

La partie « revenu professionnel », dans le cas d’un cumul emploi-retraite, donnera lieu au paiement de cotisations. Celles-ci n’entraîneront pour le retraité-travailleur aucune création de droits nouveaux en matière de pension de retraite. Ce n’est donc pas comparable à la notion de « retraite progressive », qui est un tout autre dispositif juridique.

Les quelques dérogations concernent des créneaux bien particuliers, à l’instar des pensions militaires. Autant dire que cela ne concerne pas Monsieur Tout-le-Monde.

Sans surprise, la première chose à faire pour le retraité exerçant à nouveau quelque activité professionnelle, c’est d’en informer avec exactitude la date de début à sa caisse de retraite.

Cumul total ou partiel ?

Comme nous l’avons vu ci-dessus, le « cumul emploi-retraite » est encadré par la loi. Celle-ci distingue deux grandes possibilités : le cumul total, ou bien partiel.

Ce premier type de cumul, total car additionnant les ressources, est possible aussi bien au sein d’un même régime qu’entre deux régimes différents. Il est carrément possible d’être réembauché par un ancien employeur ! Le cumul emploi-retraite total est très courant avec des activités de micro-entreprise (ex-auto-entrepreneurs).

Le cumul partiel s’applique lorsque le retraité ne remplit pas les conditions de la pension à taux plein. C’est très courant à des âges relativement peu avancés pour les travailleurs issus de régimes spéciaux.