Quelques semaines après avoir annoncé que sa pépite latino-américaine Assaí, préparait une double cotation au Brésil et à New York pour le début 2021, l’annonce du feu vert de l’opération de rachat par Aldi de l’ensemble du réseau Leader Price, constitue une nouvelle phase déterminante pour Jean-Charles Naouri, président du groupe Casino. Retour sur une stratégie au long cours qui porte déjà ses fruits.

Casino est-il en train de tourner la page de la bataille financière et boursière qui, il y a deux ans, à l’été 2018, l’opposait à certains activistes et short-sellers ? Il est assurément et naturellement encore trop tôt pour le dire, néanmoins l’effet conjugué de ces deux annonces va dans le sens de la stratégie initiée au second semestre 2018 par le groupe Casino et devant lui permettre de diminuer de manière significative son niveau de dette tout en se recentrant sur ses activités porteuses de valeur.

Leader Price, nouvelle étape dans une série de cession d’actifs considérés comme non stratégiques par Jean-Charles Naouri

La vente du réseau Leader Price à Aldi s’inscrit dans un cadre global et étendu de cessions d’actifs considérés par le groupe Casino comme non stratégiques. Ces deux dernières années, plusieurs magasins Géant ont fait l’objet de cessions à des concurrents comme Leclerc, Intermarché ou Système U. Le PDG du groupe Casino, Jean-Charles Naouri, ne misait plus forcément sur ces actifs, tant du fait de leur taille que de leur positionnement géographique et de leur dynamique potentielle pour les années à venir.

Comme le faisait observer un spécialiste du sujet interrogé l’année dernière par le média spécialisé LSA, ces opérations se font « avec un prix de cession plus élevé que la norme pour ce type d’opérations, autour de 50 à 60% du chiffre d’affaires annuel, parfois jusqu’à 100% ». Le groupe Casino se déleste ainsi d’actifs déficitaires et, en parallèle, repense le modèle de son parc de magasins restants, en transformant davantage ces derniers en magasins centrés sur le service et le digital.

Une cession de Leader Price quelques mois après le feu vert donnée par l’ADLC à la vente de Vindémia au groupe GBH

Le feu vert accordé par l’ADLC sur l’opération Leader Price-Aldi intervient quelques mois seulement après la finalisation de la vente de Vindémia, pour une valeur de 219 millions d’euros, au groupe GBH. En cédant, au Groupe Bernard Hayot (GBH), Vindémia, numéro un dans l’Océan indien, le groupe Casino avait déjà réalisé, pour l’exercice 2020, une opération majeure de réduction de sa dette.

Une cession d’ampleur donc, et qui sera complétée, après l’autorisation donnée le mardi 17 novembre par l’Autorité de la concurrence, par une vente, pour un montant estimé à 735 millions de son réseau de discount alimentaire à l’allemand Aldi, désireux de rattraper son retard sur ses concurrents tels que Lidl ou Leclerc.

Assaí, accélération de la stratégie de valorisation de la pépite de Jean-Charles Naouri

Si le groupe Casino a, ces derniers mois, accéléré dans sa stratégie de cession d’actifs non stratégiques, celui-ci a également franchi plusieurs étapes dans la restructuration de ses activités, destinées notamment à valoriser davantage certains de ses principaux assets. C’est notamment le cas en Amérique latine où le groupe de Jean-Charles Naouri prépare un spin-off d’Assaí, son entité dédiée au « cash and carry », de GPA. L’objectif est de faire d’Assaí une entité pleinement autonome des activités de distribution alimentaire réalisée par GPA, pour valoriser à plein le positionnement leader d’Assaí sur ce secteur en plein boom au Brésil.

À moyen terme, et à l’horizon du premier trimestre 2021, le groupe Casino a fait part de son intention de procéder à une double cotation d’Assaí. La première sur la place brésilienne, avec une entrée de l’entité sur le segment B3 du Novo Mercado. La seconde à New-York, avec une entrée prévue sur le New-York Stock Exchange.