Le calcul de la date d’effet de votre retraite et de son montant dépend, entre autres, du décompte des trimestres acquis tout au long de votre carrière.

En effet, notre système de retraite peut se décomposer en deux parties : la retraite de base et la retraite complémentaire.

Pour la retraite de base, les cotisations se transforment en trimestres. Lors de votre départ en retraite, le calcul de votre retraite prend en compte votre durée d’assurance.

Pour la retraite complémentaire, les cotisations sont converties en points retraite. Tous les points sont additionnés lors de la retraite et il faut calculer vos trimestres pour la retraite
. Ensuite, ils sont multipliés par la valeur du point, qui diffère selon les régimes, à la date de votre départ.

Exception : certains régimes base valident et des trimestres et des points, c’est notamment le cas pour les professions libérales.

Si vous n’avez pas validé un nombre suffisant de trimestres lors de votre retraite, alors celle-ci peut subir une décote, sauf si vous avez acquis l’âge du taux plein (67 ans pour les assurés à compter de 1955).  La détermination du nombre de trimestres validés est donc essentielle dans le calcul de votre date de départ à taux plein et du montant de votre pension.

Trimestre acquis au titre de mon activité ?

En principe, dès que vous commencez à travailler et quel que soit votre statut, vous contribuez automatiquement à votre future retraite. Cette cotisation prend la forme de retenues sur votre salaire qui figurent sur votre bulletin de paie sous la mention « cotisation vieillesse » ou encore « sécurité sociale plafonnée ». Contrairement aux idées reçues, l’acquisition de trimestres ne dépend en aucun cas de la durée de votre activité, mais du montant de la part de salaire sur laquelle vous avez cotisé. Toutefois, cette part ne peut être supérieure au Plafond Mensuel de la Sécurité Sociale (soit 3 428 euros en 2021).

La validation d’un trimestre nécessite une cotisation sur la base d’un salaire minimum égal à 1 537,50 (valeur 2021). Ce montant est, en principe, révisé chaque année (exception faite de l’année 2021 dont le salaire minimum à la validation d’un trimestre est identique à celui de l’année 2020). Il faut également noter qu’il est impossible de valider plus de 4 trimestres par an. Par exemple, une personne ayant cotisation au titre de la vieillesse de base sur un salaire d’au minimum 6 150 euros en 2021 validera 4 trimestres, qu’elle ait cotisé sur ce salaire en 2 mois ou sur l’année entière.

Trimestres assimilés ou équivalents

Vous avez également la possibilité de valider des trimestres pour toutes les périodes pendant lesquelles vous n’avez pas eu d’activité que ce soit au titre du chômage ou d’un arrêt maladie par exemple. La validation de trimestres se fait en fonction de la durée de cette interruption (un trimestre par période 50 jours d’indemnisation chômage, ou par période de 60 jours de maladie…) qui diffère selon les causes.

Il est également possible de valider des trimestres au titre du service militaire, au titre des enfants eus, au titre de la prise en charge d’un enfant ou d’un adulte handicapé…

Comment vérifier le nombre de trimestres validés ?

Afin de vérifier le bon enregistrement de vos trimestres, il faut pour cela contrôler votre relevé de carrière. Il s’agit d’un récapitulatif de toute votre carrière professionnelle. Ce document vous aide à obtenir une vision globale des droits acquis pour la retraite car il répertorie toutes vos activités déclarées, pour lesquelles vous avez cotisées, qu’elles soient dans le cadre de vos études ou saisonnières, ainsi que les périodes sans activité (service militaire, chômage, maladie…). Dans ce relevé de carrière, vous pourrez trouver la nature des périodes, les trimestres acquis, les revenus d’activité et le nombre de trimestres cotisés.

Si des périodes vous semblent manquantes, il conviendra de transmettre les justificatifs correspondants aux caisses afin d’augmenter vos droits et peut-être avancer la date d’effet de vos retraites.